Catégorie : Étiquette :

Description

Compte rendu d'ouvrage :
Claire-Anne de Chazelles, Émilie Léal,
Agnès Bergeret, Isabelle Rémy (sous la direction de),
Maisons et fortifications en terre du Moyen-Âge dans le Midi méditerranéen,
Presses universitaires de la Méditerranée,
2020, 460 pages, 30 euros.

De nombreuses données nouvelles sur l’architecture de terre, inédites ou dispersées dans diverses publications ou rapports sont présentées dans ce gros ouvrage de qualité. Trente-huit auteurs au total y ont participé pour traiter de l’Aude, des Pyrénées orientales, de l’Hérault, du Gard, du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône. Ce n’était pas aisé d’y parvenir et c’est une réussite. Passons tout de suite sur les quelques problèmes de forme, ils sont si peu nombreux que l’on ne s’y arrêtera pas, les PULM ont réalisé une belle édition. Attachons-nous au fond.

L’ouvrage, préfacé par Hubert Guillaud, qui rappelle le cheminement depuis les années 80 de ces chercheurs « de la terre », est construit en deux grandes parties. Une synthèse générale et des notices de sites au nombre de quatre-vingt-cinq.

La première partie doit beaucoup ⎼ c’est peu dire ⎼, à Claire-Anne de Chazelles, chercheur au CNRS, spécialiste de l’architecture de terre, qui est auteur ou co-auteur de tous les chapitres.

L’ambition est importante : traiter synthétiquement toutes les informations issues des travaux récents sur l’architecture de terre à l’époque médiévale dans le Midi. Les auteurs traitent successivement le contexte social et historique de l’habitat en terre, les sources, les enceintes en terre ou les techniques et la difficulté du vocabulaire. Un dernier chapitre d’une cinquantaine de pages aborde la question de la restitution architecturale de la maison médiévale en terre : les aménagements, les finitions, les réparations, etc. Tous les éléments de notre connaissance pour tenter de comprendre.

La renaissance de la recherche sur le bâti en terre remonte aux années 70 du siècle dernier. On n’a jamais cessé cependant de s’intéresser à ces constructions mais davantage dans l’idée de bâtir que pour en étudier l’histoire. Un des intérêts de ce livre est de montrer à quel point le croisement des sources issues de la connaissance du terrain et celles provenant des recherches en archives est propice et permet de progresser efficacement. Aujourd’hui l’un ne peut aller sans l’autre même si les sources archivistiques sont parfois si abondantes que seuls des sondages peuvent y être pratiqués parmi les prix-faits et autres actes notariés. […]

Informations complémentaires

Année de publication

2021

Nombre de pages

2

Auteur(s)

Michel-Édouard BELLET

Disponibilité

Produit téléchargeable au format pdf