Catégorie : Étiquette :

Description

Compte rendu d'ouvrage :
La croisade de Robert Ménard, Une bataille culturelle d’extrême droite,
Ed Libertalia, 2021, 169 pages.

Un opus de combat sur les (més)usages qu’un maire fait du passé.

Rappelons quelques faits, y compris aux Héraultais : Robert Ménard, a été élu maire de Béziers en 2014 avec le soutien du Front national. Depuis, ses amis politiques ont emporté trois cantons, son épouse est devenue députée en 2017 et lui-même a été largement réélu dès le premier tour en 2020. Dans un premier temps, seule ville du Languedoc-Roussillon à être dirigée par un maire d’extrême droite, Béziers a depuis 2020 une grande sœur, Perpignan.

Fidèle aux enseignements de Marc Bloch, « Un témoin a besoin d’un état-civil. Avant même de faire le point de ce que j’ai vu, il convient de dire avec quels yeux je l’ai vu », Richard Vassakos précise d’emblée que c’est « en enseignant et historien, engagé dans le monde associatif mais aussi comme élu local d’une commune proche de Béziers » (p. 16) qu’il choisit de se pencher sur la politique culturelle municipale par le biais des usages que fait R. Ménard de l’Histoire. Ce faisant, l’auteur, spécialiste d’odonymie, livre en utilisant les méthodes et concepts des sciences humaines et sociales, un opus court (169 p.) mais dense sur la façon dont le maire de Béziers met l’histoire au service de sa politique municipale et tout autant de la politique nationale.

Certes « tous les hommes politiques procèdent ainsi » mais R. Vassakos part d’un constat de témoin extérieur : « L’histoire est un terrain qu’affectionne le maire de Béziers. Il en fait une utilisation importante et beaucoup plus significative que la majorité de ses homologues » (p. 13). « Importante » d’abord : un des intérêts majeurs de l’ouvrage est de livrer un inventaire exhaustif et détaillé qui révèle l’ampleur, la diversité, l’originalité et la constance largement inédites des initiatives de six années de mandat de l’édile. Éloigné du cœur du pouvoir ménardien, contournant l’impossible accès à certaines sources, l’auteur a pourtant choisi de ne se concentrer que sur ce qui était accessible à tout citoyen attentif. C’est-à-dire les discours, publications et gestes publics de Robert Ménard. « Utilisation significative » ensuite. Par leur mise en perspective, l’historien démontre que l’ensemble de ces manifestations édilitaires, « mélange de murmure et de fureur » (p. 154), des plus visibles et lisibles jusqu’aux apparemment les plus insignifiantes ⎼ pourquoi en effet nommer une petite voie de la ville où personne n’habite ? ⎼, font système en composant une grammaire mémorielle cohérente qui vise à construire le référentiel symbolique du « frontisme municipal ». Cette forme de municipalisme aspire à conquérir le pouvoir à partir des territoires par « l’accoutumance des citoyens à la présence de l’extrême droite aux commandes de collectivités de proximité ». Comment banaliser donc la gouvernance d’extrême-droite ? En cela, R. Ménard avait un modèle, les Bompart à Orange, il a désormais un avatar, Louis Aliot à Perpignan. […]

Informations complémentaires

Année de publication

2021

Nombre de pages

2

Auteur(s)

Christine DELPOUS-DARNIGE

Disponibilité

Produit téléchargeable au format pdf