2.00

Description

Le Larzac et le photovoltaïque « SOLARZAC »

* Professeur émérite de Géographie de l’Université Paul Valéry,
Président du Conseil Scientifique Consultatif et de Suivi des Études auprès de la société Arkolia énergies.
** Ingénieure dans le secteur des énergies renouvelables, Chef de projet Arkolia Énergies.
*** Cartographe CEPEL, Université Montpellier.

Introduction

Larzac, le nom résonne comme terre de résistance et de lutte (Luta del Larzac, mouvement de désobéissance civile des années 1970 contre l’expropriation étatique de quelque 15 000 ha en faveur de l’extension du camp militaire du Larzac), d’affirmation identitaire que symbolise le slogan Gardarem lo Larzac (Nous garderons le Larzac) devenu véritable cri de ralliement et de convergence. Territoire de vie au travers de ses petites communes, Millau et Lodève animatrices en ses périphéries, le Larzac est un haut plateau aux horizons dénudés et fuyants, un paysage de nature marqué par une hyper ruralité. Les populations y sont âgées, les revenus comme les densités faibles. Ce tiers-espace longtemps isolé est une des scènes majeures de l’agro-pastoralisme retenu comme critère fondateur de l’entité géographique caussenarde par l’UNESCO. S’y dessine un système de gestion partagée entre communes, intercommunalité (l’EPCI 1 Lodévois et Larzac, 28 communes associées), Département, Région et État, mais aussi les structures spécifiques des parcs (Naturel Régional des Grands Causses, National des Cévennes gestionnaire majeur du bien UNESCO Causses et Cévennes inscrit au patrimoine mondial depuis 2011) et de l’entente interdépartementale des Causses et des Cévennes. Pour souligner les enjeux majeurs de son développement, la valorisation de ses patrimoines et paysages, de ses eaux, de surface et de profondeur, de sa mise en valeur agricole pastorale et de ses villages comme autant d’unités de vie.

Pays de grands espaces et de vastes solitudes – quelque 15 000 habitants dont la moitié à Lodève pour environ 1 000 km² – le Larzac dispose avec le soleil d’une ressource majeure non exploitée à son échelle, un potentiel important pour construire une stratégie de développement innovante, créatrice de valeur économique dont les citoyens et les collectivités territoriales pourront tirer avantage. Par ailleurs, le sillon de l’A75 a singulièrement rapproché le causse de ses avants pays millavois, lodévois, Coeur d’Hérault, jusqu’à la métropole montpelliéraine, au point de pouvoir construire des solidarités nouvelles, inédites.

Le projet SOLARZAC de valorisation du rayonnement solaire par une centrale photovoltaïque s’inscrit au sein de la trajectoire économique des divers plans énergétiques territoriaux, reposant sur l’ambition de développement des énergies renouvelables pour assurer « la transition énergétique, sociale et solidaire » : objectifs fixés au niveau national, coordination des actions et mise en cohérence au niveau régional, projets de territoire au niveau local.

1. Le photovoltaïque : enjeu énergétique pour les territoires.

Le solaire photovoltaïque, une énergie bon marché, la plus compétitive, « leader des énergies renouvelables, disponible, abondante et sans limite, joue un rôle clé pour le développement des territoire ». Au niveau national, l’objectif gouvernemental est d’avoir installé 44 GW de capacité solaire en 2028, la capacité actuelle étant de l’ordre de 10 GW. Ce qui impose une forte mobilisation des initiatives pour construire une filière performante et un engagement soutenu des collectivités territoriales. « La transition énergétique représente une véritable opportunité de développement durable des territoires » (SDEC énergies, Syndicat Départemental d’Énergies du Calvados). Les collectivités territoriales sont en effet devenues des acteurs de premier plan pour mettre en œuvre les réponses à cet objectif et les stratégies locales d’adaptation au changement climatique. Le Plan Climat-Air-Énergie Territorial (PCAET) obligatoire pour les EPCI de plus de 20 000 habitants est une démarche de développement durable territoriale centrée sur la transition énergétique. La communauté de communes Lodévois et Larzac est intégrée au Sydel du Pays Coeur d’Hérault qui a engagé volontairement un PCAET, le PNR Grands Causses gérant celui des communautés de communes voisines. Les travaux et publications du CEREMA, du CERDD et de l’ADEME par exemple soulignent combien les dynamiques de territorialisation des enjeux énergétiques, dont ceux des énergies renouvelables qui deviennent prioritaires, sont en relation étroite avec la transition écologique, nouveau modèle économique et social. Les potentiels d’énergies renouvelables locales sont à développer pour que les collectivités s’inscrivent dans la trajectoire de la COP 21 (Conference of parties, Conférence internationale sur le climat organisée à Paris en 2015) et de la loi de transition énergétique pour la croissance verte (TECV 2015). Depuis une vingtaine d’années, « Le cadre législatif se structure et invite chaque territoire à y tenir son rôle » (ADEME), l’enjeu énergétique étant affiché au niveau local, à l’échelle de la commune, et supra-local, de l’échelle de l’EPCI à celle de la Région. La compétence « production d’énergie renouvelable » est ainsi affirmée et partagée, la région Occitanie se donnant comme ambition d’en multiplier par trois la production à l’horizon 2050 à partir de quatre sources principales, le solaire, l’éolien, l’hydroélectricité et le bois […]

Informations complémentaires

Année de publication

2020

Nombre de pages

12

Auteur(s)

Audrey VIALA, Jean-Paul VOLLE, Stéphane COURSIÈRE

Disponibilité

Produit téléchargeable au format pdf