Catégorie : Étiquette :

2.00

Description

La propagation de l’épidémie :
Traitement médiatique de la grippe « espagnole »
dans la presse quotidienne héraultaise

* Doctorante en littérature française, Université Paul-Valéry Montpellier 3 – RIRRA21.

« Arrondissement de Montpellier – Montpellier.

Si cet arrêté municipal annonçant le renforcement du protocole sanitaire dans la commune de Montpellier semble extrait d’un numéro du Midi libre paru dans le contexte de recrudescence de l’épidémie de COVID-19, il est en fait issu des colonnes du quotidien régional Le Petit Méridional du 30 octobre 1918, pendant la pandémie la plus meurtrière de l’histoire moderne. : la grippe dite «. espagnole. ». Ces mesures restrictives, qui visent à réguler les déplacements et regroupements de population, ne sont pas les seules caractéristiques communes aux deux épidémies. En effet, même si les contextes politique et hygiénique dans lesquels elles se déclarent sont incomparables – la grippe de 1918 se déroulant, comme l’explique Freddy Vinet, à l’ombre de la Grande Guerre – ces crises sanitaires présentent des similitudes intéressantes, notamment du point de vue de leur traitement médiatique. Certaines études ont déjà analysé la manière dont les journaux ont communiqué sur l’épidémie qui fait rage au début du XXe siècle, mais ces travaux se consacrent quasi exclusivement à la presse nationale parisienne. Pourtant, les journaux régionaux, en tant que témoins privilégiés de la gestion de la crise à l’échelle microcosmique, sont de puissants outils heuristiques qui nous permettent de faire une histoire locale de l’épidémie. En effet, en contrepoint d’un journalisme parisianocentré, la presse régionale et départementale nous renseigne au jour le jour sur la manière dont la province vit le double cataclysme de la guerre et de la grippe. Dès lors, dans quelle mesure la presse de l’Hérault nous permet-elle de faire un état des lieux de la situation sanitaire locale et nationale. ? Quelles informations, recommandations ou restrictions véhicule-t-elle. ? En somme, quelle histoire de l’épidémie peut-on lire en parcourant les feuilles régionales de l’époque. ?

D’après le fascicule de la Bibliographie de la presse française politique et d’information générale qui recense les journaux parus dans l’Hérault entre 1865 et 1944, la plupart des chefs-lieux d’arrondissement possèdent un ou plusieurs périodiques, mais rares sont ceux qui disposent d’un quotidien. Pendant la Première Guerre mondiale – à l’exception du Journal de Cette qui paraît jusqu’en 1919 – seuls deux titres montpelliérains aux lignes politiques bien distinctes font l’objet d’une publication journalière dans l’Hérault. : L’Éclair, journal monarchiste d’obédience catholique créé en 1881, et Le Petit Méridional, feuille anticléricale lancée en 1876 dans l’optique de conquérir la majorité républicaine. Ces deux journaux, qui s’allient quand il s’agit de faire obstacle à la concurrence, confirment leur hégémonie sur la presse locale pendant près d’un demi-siècle (1893-1944) 3 et bénéficient d’une large audience. Nous nous proposons donc, notamment grâce aux campagnes de numérisation menées par la Bibliothèque nationale de France, d’explorer les numéros de L’Éclair et du Petit Méridional parus entre 1918 et 1920 afin de mettre au jour des récurrences dans le traitement médiatique des épidémies d’hier et d’aujourd’hui et ainsi faire l’archéologie de phénomènes que l’on pourrait croire inédits, mais qui sont en fait profondément ancrés dans notre histoire culturelle.

Le récit de la grippe : un imaginaire médiatique aux couleurs locales

L’annonce de la nouvelle : une bombe à retardement ?

En mars 1918, alors que les premiers cas de grippe se déclarent, la France vit des instants décisifs pour l’issue de la Première Guerre mondiale. L’offensive du Printemps, menée par les Allemands sur le front occidental, polarise l’attention de la presse qui feuilletonne, jour après jour, la progression des troupes ennemies et la riposte des Alliés. Les journaux parisiens se focalisent également sur les bombardements aériens et les tirs de canons allemands qui continuent à menacer la capitale occasionnant l’exode des populations civiles. (13 pages et 13 illustrations)

Informations complémentaires

Année de publication

2020

Nombre de pages

14

Auteur(s)

Nejma OMARI

Disponibilité

Produit téléchargeable au format pdf