2.00

Description

La jonque de porcelaine de Joseph Delteil

* Conservateur général, directeur des médiathèques de Montpellier Méditerranée Métropole

Extrait

Né en 1894, dans une forêt proche de Villar-en-Val dans l’Aude, Joseph Delteil publie en 1919, à l’âge de 25 ans, un recueil de poésies, à la manière d’Henri de Régnier, Le Cœur grec, qui est couronné par l’Académie française. Quittant sa famille et sa paroisse, il arrive à Paris le 20 janvier 1920, pour naître à la liberté et vivre en littérature. Du 15 octobre 1920 jusqu’au 30 novembre 1923, il travaille « dans les services de la comptabilité des comptes spéciaux » du Sous Secrétariat des Ports et de la Marine marchande. Le 30 novembre 1923, cet « excellent collaborateur » est licencié « par suppression d’emploi ». Grâce à Élie Richard, collègue de bureau et responsable de la revue Images de Paris, il publie en 1921, un second recueil de poésies symboliste : Le Cygne androgyne. Le même ami le présente à Pierre Mac Orlan, qui édite en 1922 son roman Sur le Fleuve Amour. La constitution, l’enrichissement et la conservation d’un important fonds Joseph Delteil à la médiathèque centrale Émile Zola de Montpellier depuis 1993 nous permet de comprendre l’origine et la gestation de La Jonque de porcelaine.

Le premier roman : La Jonque de Porcelaine

Refus d’éditer : Gallimard et Mercure de France

Le 3 août 1922, Gaston Gallimard regrette de ne pouvoir éditer La Jonque de porcelaine : « J’ai pris connaissance des premiers chapitres de votre nouveau roman mais il est bien difficile de prendre une détermination sans le connaître dans son ensemble. Aussi ai-je réfléchi que je ne devais pas subordonner ma décision à cette lecture et vous faire trop attendre. Puisque vous désirez publier assez rapidement La Jonque de porcelaine pour des raisons que je comprends fort bien, je crois préférable de renoncer pour ma part à cet ouvrage. Et lorsque le second sera terminé, nous verrons alors à nous mettre d’accord avec tout le loisir nécessaire – sans précipitation – en pleine connaissance de cause ». Cependant, en septembre 1922, la N.R.F. et son directeur Jacques Rivière publient Iphigénie, une courte fable en prose de Joseph Delteil.

Le 28 mars 1923, Gaston Gallimard assure Delteil de son goût pour ses écrits :« J’ai bien reçu l’exemplaire de Sur le fleuve Amour, que vous avez eu l’amabilité de m’envoyer et que je viens de relire. Je n’en connaissais que quelques fragments, et puisque vous avez renoncé, ainsi que je le souhaitais pour vous à publier en premier lieu La Jonque en porcelaine (sic), laissez-moi vous dire que je regrette vivement que vous ne m’ayez pas confié l’édition de cet ouvrage. Il eut été tout à fait à sa place à la Nouvelle Revue Française, et j’aurais été heureux de m’employer à son succès. Mais, je veux espérer que nos relations ne sont pas définitivement rompues et que vous me donnerez bientôt l’occasion de vous prouver ma sympathie et mon goût pour vos écrits ».

Dans cinq lettres échelonnées de 1923 à 1926 (28 mars 1923, 27 août 1923, 26 octobre 1923, 20 mai 1925, 12 février 1926), Gaston Gallimard lui renouvelle ses propositions d’édition. Dans celle du 26 octobre 1923, il écrira même : « … je regrette vivement de ne pas être votre éditeur. Mais je sais que je suis le seul coupable ». Finalement, Gallimard ne publiera pas l’édition originale de Sur le fleuve Amour, sortie à La Renaissance du Livre, ni celle de La Jonque de porcelaine accueillie chez Grasset. Mais il rééditera Sur le fleuve Amour en 1933 dans la collection « Succès ».

De même, le 6 août 1923, Le Mercure de France ne souhaite pas publier ce livre trop précieux : « Je vous retourne, selon votre demande, le manuscrit de la Jonque de porcelaine. Ce roman est remarquable d’ingéniosité, de finesse, de poésie et d’écriture. Peut-être cependant ne serait-il pas goûté à sa valeur par un public étendu ? Quand vous aurez un manuscrit nouveau, nous serions heureux de le lire ».

Dans l’écurie de Grasset

Le 16 mars 1922, Delteil propose à Grasset d’éditer La Jonque de porcelaine :« Monsieur, Diverses sollicitations me sont faites à propos d’un roman actuellement soumis au jury du Grand Prix Balzac. Afin d’y pouvoir répondre, et le cas échéant prendre des mesures. Je vous serai obligé de me renseigner sur les deux points suivants : 1. Serez-vous disposé à examiner, en dehors du Grand Prix, les livres éliminés par le Jury ; 2. Seriez-vous disposé à permettre la publication d’un roman, avant sa parution en librairie, dans une grande revue, soit que ce roman ait été primé, soit qu’il ait été éliminé. Et puis-je dès maintenant accepter des propositions dans ce sens. Je vous serais très reconnaissant de me faire connaître une réponse sur ces points le plus tôt possible ». Le même jour, l’éditeur lui répond : « J’ignorais que vous ayez déposé un manuscrit pour le Prix Balzac. Pourquoi ne nous l’avoir tout d’abord soumis ? Maintenant La Jonque de porcelaine est en lecture. Je vais cependant essayer d’avoir une opinion aussi rapide que possible. Vous savez que nous avons pris un grand intérêt à la lecture de vos nouvelles et que je vous ai laissé entrevoir des possibilités pour un roman qui permet un effort plus complet ». […]

Informations complémentaires

Année de publication

2020

Nombre de pages

12

Auteur(s)

Gilles GUDIN DE VALLERIN

Disponibilité

Produit téléchargeable au format pdf