Catégorie : Étiquette :

2.00

Description

Etienne Loys (1724-1788) un artiste méconnu aux multiples facettes

En 1877, Louis de la Roque écrit un ouvrage intitulé Biographie Montpelliéraine : Peintres, Sculpteurs et> Architectes. Il y consacre de longs passages à Jean Raoux (1677-1734), Antoine (1634-1717), Jean (1674-1735) et Guillaume (1684-1742) Ranc, Jean Coustou (1719-1791), Jacques Bestieu (1754-1842)… mais pas une ligne ne cite leur contemporain Etienne Loys, disparu depuis seulement 89 années lors de la parution du livre. C’est dire la rapidité avec laquelle les mémoires ont effacé le souvenir d’un artiste aux nombreux talents, qui, de son vivant, jouissait localement d’une certaine reconnaissance, ainsi qu’en témoignent notamment les commandes passées pour d’importants édifices religieux de l’Hérault ou par des personnages haut placés de l’administration montpelliéraine et son travail en collaboration avec des artisans réputés.

Essai de généalogie :
Etienne Loys, descendant d’une famille de magistrats ou héritier d’une lignée de peintres ?

Peu d’auteurs ont consacré leurs pages ou quelques lignes à Etienne Loys. Pourtant, des divergences importantes émaillent ces rares textes : des informations aussi élémentaires que ses dates de naissance et de décès, ou le nom de ses parents, sont contradictoires selon les références bibliographiques consultées. Les erreurs, se transmettant par des écrits dont certains font parfois autorité, ont été reprises au fil des années puis des siècles, ne permettant plus de distinguer le vrai du faux. Ces documents posent deux types de problèmes : dans certains cas, les auteurs ne citent pas la source qui leur permet d’avancer les informations, aussi est-il impossible de les vérifier. Dans d’autres, les sources sont données, et, bien qu’elles se révèlent authentiques (actes de naissance, de mariage, ou de décès contemporains de la vie l’artiste), elles sont utilisées de manière inappropriée, engendrant toutes sortes d’inexactitudes, comme nous serons amenés à le constater.

Controverse parmi les sources : Etienne Loys, 1716-1788 ou 1724-1788 ?

Les ouvrages attribuent des dates de naissance et une filiation différentes à Etienne Loys, ce qui a, pendant plusieurs siècles, freiné l’état des connaissances à son sujet. Les données bibliographiques nous confrontent à deux hypothèses : 1 – Etienne est né en 1724, d’André Loys et d’Elisabeth Barcellon. 2 – Etienne est né le 27 mars 1716, de Jean Loys, conseiller au Présidial de Montpellier, et de Catherine Barthélemy. Seuls les auteurs qui prennent le parti d’un Loys né en 1716 indiquent le jour exact de la naissance et donnent les références précises de l’acte. Ainsi le dictionnaire de Pierre Clerc cite-t-il l’acte de baptême en date du 30 mars 1716 enregistré en l’église Notre-Dame des Tables de Montpellier. Jean-Denis Bergasse donne également sa source : « L’acte de baptême du 30 mars 1716 en l’église de Notre-Dame des Tables a été publié par l’archiviste de la Pijardière dans les Chroniques du Languedoc ». Cela était précédemment évoqué par Louis Noguier : « Voici ce que nous lisons dans les Chroniques du Languedoc, revue mensuelle du Midi, publiée à Montpellier, [il cite l’extrait de la Pijardière qui contient l’acte du 30 mars 1716, qui donne pour parents à Etienne Loys, Jean Loys et Catherine Barthélemy] ».

La date du 27 mars 1716 est mieux documentée que celle de 1724. Et, en effet, les registres de la paroisse Notre-Dame des Tables font bien état du baptême d’Etienne Loys, dont voici le texte de l’acte : « L’an et jour que dessus [29 mars 1716], a été baptisé Etienne Loys, né le 27 du courant, fils légitime et naturel de M. Maître Jean Loys conseiller au Présidial de Montpellier, et de Dame Catherine Barthélemy, mariés. […] ».

La date de naissance semble donc bien se situer en 1716. Lorsque l’on cherche à vérifier l’année du décès, 1788, sur laquelle toutes les informations concordent, les registres de la paroisse Notre-Dame des Tables confirment que « L’an et jour que dessus [17 avril 1788], Etienne Loys, décédé le jour d’hier [16 avril 1788] âgé d’environ soixante trois ans, époux de Dame Jeanne Desandrieux, a été enseveli aux Pénitents Bleus […]. »

Cet acte apporte des informations clefs : tout d’abord, l’âge d’Etienne au moment de son décès : 63 ans. Or, l’opération 1788-63 nous mène à une année de naissance située en 1725. D’autre part, nous apprenons le nom de son épouse : Jeanne Desandrieu.

Les registres de 1749 de la paroisse de l’église Sainte Anne de Montpellier contiennent l’acte de mariage d’Etienne Loys : « L’an que dessus [1749] et le dix-neuf août […] ont été conjoints en légitime mariage […] Sieur Etienne Loys peintre et dessinateur de la Société Royale des Sciences, fils légitime et naturel de Sieur André Loys aussi peintre et de Dame Elisabeth Barcellon et Damoiselle Jeanne Desandrieu fille légitime et naturelle de Sieur Jean Desandrieu, Tapissier et de Damoiselle Marie Gounel [?] […] ».

Informations complémentaires

Année de publication

2006

Nombre de pages

15

Auteur(s)

Laetitia VITAUX

Disponibilité

Produit téléchargeable au format pdf