Catégorie : Étiquette :

2.00

Description

Des espaces partagés pour les sports de nature

Les articles historiques qui précèdent ont mis en évidence l’importance des institutions sportives, des fédérations, dans l’organisation des compétitions et des activités sportives en général. Le texte qui suit essaie de montrer la complexité nouvelle des montages institutionnels nécessités par la multiplicité des partenaires et surtout par la gestion et la prévention des possibles conflits. Cette vision de l’intérieur éclaire la situation actuelle des politiques sportives et leur intrication au sein du corps social.

Le riche patrimoine naturel de l’Hérault offre une grande variété d’espaces aux pratiquants des sports de nature de multiples chemins de randonnée, des massifs et falaises adaptés à la pratique de l’escalade, des grottes, des cours d’eau, des lacs et espaces côtiers pour les activités nautiques…

Ces espaces autorisent de nombreuses pratiques : randonnée, VTT, équitation, canoë, escalade, spéléologie, plongée, voile, kite-surf, vol libre… Ces activités répondent à une demande sociale qui s’ancre dans une recherche de contact avec la nature, d’authenticité et d’entretien de la santé par l’activité physique. Elles contribuent à l’attractivité du territoire, permettent d’éduquer au respect de l’environnement et s’inscrivent dans une dynamique de développement durable.

Le Département de l’Hérault a initié une politique publique qui vise à répondre aux attentes des usagers des espaces naturels et à anticiper les difficultés engendrées par des pratiques parfois concurrentes.

Bref historique des sports de nature dans l’Hérault

Au XIXème siècle, la pratique des sports de nature reste relativement confidentielle. L’escalade, la montagne et la voile sont réservées à une certaine élite sociale. Ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale que les pratiques de sports de nature commencent à se développer, sous l’égide d’un sous-secrétariat d’État à la jeunesse et aux sports. Les cadres de cette administration contribuent, à partir des années 1950, à la mise en place de « bases de plein air », la plupart du temps sous tentes ou dans des baraquements en bois ou en tôle provenant de stocks de l’armée. Des stages multi-activités (canoë-kayak, voile, escalade, spéléologie, cyclotourisme…) y sont organisés. Le scoutisme, les organismes de jeunesse et d’éducation populaire contribuent également au développement de ces nouvelles pratiques.

Dans l’Hérault, les bases de plein air contribuent très largement au développement des sports de nature auprès des centres de vacances et des mouvements de jeunesse, dans un premier temps sous l’impulsion des Services de la jeunesse et des sports. De 1970 au début des années 1980, la base de Saint-Bauzille-de-Putois est considérée comme pilote pour l’accueil de centres de vacances et de stages de formation. Par ailleurs, des bases de voile sont implantées sur le littoral et sur les rivages des lacs ou étangs. […]

Informations complémentaires

Année de publication

2010

Nombre de pages

7

Auteur(s)

Bernard WOUTS

Disponibilité

Produit téléchargeable au format pdf