Catégorie : Étiquette :

2.00

Description

De la boutique au palais : les ancêtres du cardinal de Fleury

* Historien et généalogiste

En 1401, Charles VI le Fol étant roi de France, un certain Jehan Floris, et son épouse Alayssa demeurent à Lodève où ils y possèdent une maison « el cayre de la Bocaria » et une autre « al teron ». Jean Floris meurt avant 1408, à cette date son épouse est seule et abandonne ses biens à un certain « Jehan G » qui était peut-être son frère. Parmi ceux-ci on dénombre « 1 moli drapier a la pila del portalet ».

Les Fleury à Lodève

Portrait du Cardinal de Fleury, atelier de Hyacinthe Rigaud, après 1728

Portrait du Cardinal de Fleury,
atelier de Hyacinthe Rigaud, après 1728

Les Fleury, réapparaissent dans les compoix (cadastres où sont détaillés les biens immobiliers assujettis à la taille) à partir de 1540, avec Jean Fleury qui possède une vigne complantée d’oliviers « al Cambo ». En 1560 nous y trouvons les frères Etienne et Jean Fleury, ce dernier possédant une maison à la « carrière dreche del pont de Lergue » et une seconde encore à la « carrière dreche del nasturelz », les deux maisons appartenant précédemment à noble Thomas de Forès, seigneur de Carlencas. Jean Fleury peut être identifié à celui déjà cité en 1540, puisqu’on trouve dans ses possessions la vigne du tènement « al Cambo » ayant précédemment appartenue aux héritiers de Pierre Passerieu. Nous retrouvons toujours Jean et Étienne Fleury en 1586, puis en 1589, où les héritiers de Jean possèdent une boutique de draperie rue de Lergue ainsi qu’une maison à la rue « del Boutet », alors qu’Étienne tient une autre boutique à la rue de la Sabaterie Grosse, (elle sera vendue en 1606).

Dans le même document, qui couvre les années 1589-1613, il est aussi fait mention de Pierre Fleury « receveur », qui possède à Lodève une maison, laquelle appartenait auparavant à Bonne de Cartailhat épouse de Thomas de Rosset vieux (mort en 1589) ; deux boutiques (avec pâtu et pigeonnier) ; ainsi que la maison de la rue Notre-Dame, actuel « Musée Fleury », acquis de noble Thomas de Rosset jeune le 16 février 1607. Ce Pierre Fleury n’est autre qu’un des fils de Jean et il sera le grand-père du cardinal.

Jean Fleury avait épousé Jeanne Peitavy, la fille d’un marchand. Il possédait une maison, à la rue du Pont de Lergue, achetée à Jacques Albesquier. Il en avait une autre au tènement d’Alban et une vigne à Cambo, autrefois à Pierre Passerieu. Il tenait aussi boutique à la rue de Lergue et possédait une maison à la rue « del Touretz », acquise du notaire René de La Villette. De son mariage avec Jeanne Peitavy, naquirent quatre enfants : une fille, Hélix, qui devint la femme de René de La Villette, et trois fils, Guillaume, Michel et Pierre. Dans les actes du conseil de ville de l’année 1577, il est cité comme conseiller politique. La possession d’un moulin drapier par son aïeul Jehan Floris, laisse supposer que Jean Fleury tenait une boutique de drap.

Depuis longtemps, la draperie est une industrie importante pour Lodève. Le drapier, comme l’apothicaire, fait partie des plus grosses fortunes de la ville. Avec le temps, ces marchands et fabricants passeront presque tous du statut honorable de « bourgeois » à celui de « nobles », après le rachat de nombreuses seigneuries abandonnées par l’évêque et par les vieilles familles féodales appauvries à la suite des guerres de religion.

Michel Fleury, l’un des trois fils de Jean, est lui-même désigné comme « bourgeois ». Il avait épousé Marie de Madières, de la famille noble des Madières d’Aubaygues, une des plus anciennes du Languedoc, dont il eut trois enfants. L’un d’eux, Jean, se destina à la carrière des armes. Qualifié de « capitaine », il demeurait rue Cavalerie dans une maison qui jouxtait le rempart. En 1681 il épousa Marie Chalon, dont le père, Antoine, était maître de musique de la cathédrale.

Guillaume, le fils aîné de Jean Fleury et de Jeanne Peitavy, fut d’abord clerc dans l’étude de son beau-frère René de La Villette, avant d’acheter l’office de contrôleur des tailles du diocèse de Lodève et receveur de celui de Saint-Pons. En 1627 il est consul de la ville de Lodève. Il épouse Françoise de Bassur avec qui il aura au moins deux enfants : Pierre et Jean. Pierre succède à son père Guillaume, en tant que conseiller du roi et contrôleur des tailles du diocèse. Le 6 juillet 1637, il épouse Françoise de Jolly. Pierre meurt en 1642 et est enterré dans la chapelle qu’il avait fondée dans l’église des Carmes. Il aura eu trois enfants légitimes, Grasinde, Pierre et Françoise, cette dernière naîtra après le décès de son père, et un quatrième, né hors mariage, dénommé Jean Bastide. Grasinde, née vers 1640, épousera en 1667 Charles Gaules, greffier du diocèse. Elle signe certains actes Grazinde de Fleury de Lodève. Le père de Charles Gaules était chirurgien. La famille gardera l’office de greffier pendant près d’un siècle. […]

Informations complémentaires

Année de publication

2017

Nombre de pages

6

Auteur(s)

Francis MOREAU

Disponibilité

Produit téléchargeable au format pdf