Catégorie : Étiquette :

2.00

Description

Un destin inachevé et brisé : les Vinezac, seigneurs de Cambous (Hérault)

Une famille noble de Languedoc à la rencontre du pouvoir régional et central
en 1783-1784 et ses apparentements

La baronnie de Cambous, à Viols-en-Laval (Hérault), entra par mariage dans le patrimoine de la famille noble des Ratte, originaires de Gignac, au tout début du XVIe siècle. Elle s’agrandit notablement en 1677-1680 quand Marc Antoine et François de Ratte, père et fils, firent l’acquisition de la baronnie de Pégairolles et Buèges auprès des Murviel, alias Atbrand, barons de Murviel-lès-Béziers.

L’ensemble constituait ainsi, au tout début du XVIIIe siècle, une remarquable seigneurie, l’une des plus importantes des garrigues nord-montpelliéraines, à laquelle l’auteur du présent article consacre une vaste histoire économique et sociale, à paraître prochainement.

Cette seigneurie s’étendait alors sur la moitié d’un de nos actuels cantons et sur tout ou partie du territoire de plusieurs de nos actuelles communes, de part et d’autre du fleuve Hérault.

Sur la rive gauche de l’Hérault, elle s’étendait sur les paroisses de Viols-le-Fort (Viols-en-Laval inclus), Saugras et Argelliers, au titre de la baronnie de Cambous, mais aussi sur la paroisse du Frouzet, à Saint-Martin-de-Londres, pour la baronnie de Pégairolles et Buèges. Sur la rive droite de l’Hérault, pour ladite baronnie de Pégairolles et Buèges, elle s’étendait sur les paroisses de Pégairolles, Saint-Jean et Saint-André-de-Buèges, ainsi que sur la paroisse du Causse-de-la-Selle, moins quelques fermes et terres, à Saint-André ou au Causse, qui relevaient, autour du confluent de la Buèges avec l’Hérault, de la baronnie voisine de Brissac, plus une partie de la paroisse du Coulet, à Saint-Maurice-Navacelles, aujourd’hui rattachée à la commune de Pégairolles-de-Buèges, la terre de Larret, ainsi que la métairie des Thières, aujourd’hui rattachée à la commune de Saint- Guilhem-le-Désert.

Selon un état économique de la baronnie de Pégairolles et Buèges dressé en 1680 à l’occasion de la cession de la seigneurie le vendeur stipulait ainsi que son fief comprenait :

  • le château et lieu de Pégairolles, ainsi que le lieu du Méjanel, paroisse dudit Pégairolles, soit cinquante maisons en tout, ainsi que la métairie des Thières (au terroir et taillable de Saint-Guilhem) ;
  • le château et lieu de Saint-Jean-de-Buèges, soit cent cinquante maisons supplémentaires, ainsi que la métairie de Montels ;
  • la paroisse du Causse-de-la-Selle (ou Causse Haut), composée de vingt et une métairies « très considérables » (La Baume, Le Bouys, La Celle, Marou, Merle, etc.) ;
  • la paroisse du Causse de Frouzet (ou Causse Bas), composée de neuf métairies « très considérables » ;
  • la paroisse de Saint-André-de-Buèges, composée de trente métairies « considérables » ;
  • la paroisse de Saint-Maurice d’Alajou, composée de dix métairies (mais il convient de lire qu’une partie seulement de la paroisse relève de la seigneurie de Pégairolles) ;
  • la paroisse du Coulet (même observation), composée de trois métairies (dont Larret).

Le prix total de la vente de la baronnie de Pégairolles et Buèges étant de 54 500 livres, soit environ 18 fois son revenu annuel en droits féodaux, une telle seigneurie, jointe à celle de Cambous, faisait de ses possesseurs des hommes fort riches et de leurs filles d’excellents partis matrimoniaux, et ce malgré les dettes assez importantes de la maison de Cambous en 1705-1755. C’est ainsi que la succession des derniers seigneurs de Cambous et de Pégairolles, les Vinezac, fera ressortir en 1808 un patrimoine de l’ordre de 560 000 francs, soit une masse monétaire absolument colossale de 3,65 tonnes d’argent fin, ou 235,68 kilogrammes d’or fin (soit aujourd’hui aux alentours de 4,22 millions d’€uros). A tout cela s’ajoutait, jusqu’en 1749, la possession d’un autre fief sis sur le littoral, la seigneurie de Vic, à Vic-la-Gardiole, vendue 38 000 livres. […]

Informations complémentaires

Année de publication

2009

Nombre de pages

58

Auteur(s)

Christian PIOCH

Disponibilité

Produit téléchargeable au format pdf