Catégorie : Étiquette :

Description

Trois lettres inédites de Jean Nougaret,
témoignage d’une amitié d’une vie

André BURGOS * †

* Administrateur civil hors-classe, collaborateur de Jacques Chaban-Delmas.

Invité par les Études héraultaises à participer à l’Hommage à la mémoire de Jean Nougaret, André Burgos avait été, dès le début de février 2015, un des premiers à répondre favorablement à cette initiative en l’honneur d’un de ses meilleurs anciens condisciples à la faculté des Lettres de Montpellier autour de 1960, avec lequel il avait écrit plusieurs études. Dans sa lettre d’acceptation, celui-ci précisait :

[…] Mes compétences scientifiques ne me permettent pas de traiter un thème original. […] Par contre et compte tenu qu’il s’agit d’éclairer la manière dont Jean travaillait, j’ai deux lettres de lui, l’une du 20 mars 1967, l’autre du 29 décembre 1969 que j’ai extraites d’une abondante correspondance conservée précieusement, car relative à tous les travaux que nous avons menés ensemble. […] Dans cette correspondance, on retrouve le scientifique, l’archéologue, l’ami, avec son sérieux et son humour. Avec sa gentillesse aussi […].

Dans la lettre suivante datée du 28 février 2015, André Burgos commentait ces deux lettres ainsi qu’une troisième datée du 2 octobre 2007. La rédaction de la revue a estimé que cette présentation pouvait constituer l’introduction à l’édition de ces documents qu’il n’avait pas pu malheureusement établir définitivement en raison de sa disparition brutale le 19 août suivant.

[…] Dans ses lettres, Jean Nougaret évoque quatre dossiers qui occupaient nos loisirs tout en se rattachant à nos préoccupations professionnelles ou universitaires.

Le premier dossier dans la lettre du 20 mars 1967 concerne les fouilles du chœur de la collégiale Notre-Dame de Grâce de Sérignan. Avec Jacques Lugand, conservateur du musée des Beaux-Arts de Béziers et Michel Christol, qui allait devenir professeur à la Sorbonne, nous conduisions le chantier entourés de nombreux bénévoles sous l’œil attentif et passionné du chanoine Estournet, curé de Sérignan. Ce dernier voulait décrocher le label de « Chef-d’œuvre en péril » et souhaitait notre collaboration pour monter le dossier.

Dans le même temps, ce prêtre s’activait auprès du Vatican afin d’obtenir la canonisation d’un missionnaire originaire de Sérignan, mort en martyr au Japon : le père Guillaume Courtet. Le chemin emprunté par le chanoine en vue de décrocher des financements pour mettre son église à l’abri des inondations et poursuivre des travaux de restauration n’avait pas l’aval de Jean : « cela ne peut se traiter que sur le plan régional avec les services ad hoc ». Les faits lui donnèrent raison, car nos travaux serviront de base à l’établissement des devis qui aboutirent, après neuf ans, à la réalisation de la dalle couvrant les fouilles.

Cette lettre de mars 1967 fait [aussi] allusion à une monographie que nous écrivions sur l’église de Saint-Pierre de Rhèdes, près de Lamalou, située dans la commune du Poujol-sur-Orb. Attentif à la présentation, soucieux de bien séparer le nécessaire cheminement archéologique de celui du visiteur, Jean conseille et compare la démarche à celle que nous avions entamée dans la rédaction du volume sur le Languedoc roman dans la collection Zodiaque. Cet ouvrage que nous avions mis en chantier avec Jean-Claude Richard, directeur de recherche au CNRS, et Jacques Lugand, vit enfin le […]

Informations complémentaires

Année de publication

2016

Nombre de pages

4

Auteur(s)

André BURGOS

Disponibilité

Produit téléchargeable au format pdf