Catégorie : Étiquette :

2.00

Description

Saint Jacques et Compostelle dans l’Hérault.
Du Guide du pèlerin au Patrimoine Mondial de l’UNESCO

Montpellier, Saint-Guilhem et Saint-Thibéry ont l’insigne honneur de figurer dans un manuscrit du XIIe siècle, connu depuis 1938 sous le nom de Guide du pèlerin. Huit siècles plus tard, les noms des vingt lieux inscrits dans ce document historique ont été portés sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO, au titre des chemins de Compostelle… à l’exclusion de six, parmi lesquels Montpellier et Saint-Thibéry. Pourquoi cet ostracisme, alors que, dans leur département fut inscrit le pont du Diable et, non loin de là le dolmen de Pech-Laglaire à Gréalou, dans le Lot ?

Cette incohérence est la conclusion d’une histoire totalement mythique, écrite depuis un siècle, ayant abouti à la naissance, bien réelle, des chemins d’aujourd’hui. Il est intéressant et utile de comprendre la genèse de cette histoire pour sortir du discours stéréotypé et banal présenté en chacun de ces lieux et mettre en valeur la richesse d’histoires originales et de légendes locales liées à saint Jacques, voire même à Compostelle.

Comment est né le Guide du pèlerin ?

Aujourd’hui chacun connaît le livre de Jeanne Vielliard, intitulé par elle le Guide du pèlerin, sur lequel repose toute l’histoire contemporaine du pèlerinage à Compostelle. D’où vient-t-il ?

Au XIIe siècle un document sans titre dans un manuscrit de Compostelle, le Codex Calixtinus

Le Codex Calixtinus est un manuscrit écrit dans les années 1160, conservé dans les archives de la cathédrale de Compostelle. Il rassemble des textes antérieurs, épars dans différents lieux. Il comprend cinq Livres. Le Livre I est une somme de sermons et de liturgies qui occupe à peu près les 4/5 de l’ensemble. Le Livre II est le récit de la Translation du corps de saint Jacques à Compostelle. Le Livre III est un recueil de vingt-deux miracles du saint. Le Livre suivant, non numéroté, est la chronique de Turpin (dite Pseudo-Turpin depuis qu’on la sait fausse) qui raconte comment Charlemagne est venu délivrer le tombeau de saint Jacques.

Le dernier Livre, Livre IV, n’a pas de titre dans ce manuscrit mais, dès sa première version (1132-1135), il commence par ces mots : « Quatre chemins vont à Saint-Jacques ; ils se réunissent à Puente-la-Reina ». Ensuite ces quatre chemins y sont décrits de façon sommaire par quelques étapes :

  • le premier, par Saint-Gilles, Montpellier et Toulouse, va au port d’Aspe ;
  • le deuxième passe par Notre-Dame du Puy, Sainte-Foy de Conques et Saint-Pierre de Moissac ;
  • le troisième, par Sainte-Madeleine de Vézelay, Saint-Léonard en Limousin et Périgueux ;
  • le quatrième, par Saint-Martin de Tours, Saint-Hilaire de Poitiers, Saint-Jean d’Angély, Saint-Eutrope de Saintes et Bordeaux.

Informations complémentaires

Année de publication

2008

Nombre de pages

14

Auteur(s)

Denise PÉRICARD-MÉA

Disponibilité

Produit téléchargeable au format pdf