Catégorie : Étiquette :

2.00

Description

Quand la république célébrait les grands crus du Languedoc
La VIIe Fête nationale des vins de France (1er-4 juillet 1939)

Dans les années 1930 la viticulture est en crise. C’est pour les contemporains une crise de surproduction. On atteint des records vertigineux, jusqu’à 100 millions d’hectolitres de vins produits en 1934. Mais on commence aussi à y voir une crise de sous-consommation. Et l’idée fait son chemin de la nécessité de développer la propagande pour la consommation du vin. C’est pour cela que la loi du 04/07/1931, qui constitue le premier grand texte du Statut de la viticulture, prévoit dans son article 16 que « le produit des redevances et amendes prévues [par la loi…] sera consacré à la constitution d’un fond de propagande destiné à développer la consommation et l’exportation du vin ». Le Comité national de propagande en faveur du vin est créé dans la foulée par le décret du 08/12/1931.

Cet organisme est présidé par Édouard Barthe, député de l’Hérault, très engagé alors dans la défense de la viticulture et président de la commission des boissons de la Chambre des députés. Ce dernier propose d’organiser en France une Fête nationale du vin destinée à « célébrer tous les ans les vignobles de France ». La raison en est donnée dans un article du Petit Méridional qui retrace l’historique de ces fêtes, où l’on peut lire : « M. Barthe […] fit part de son étonnement [au début des années 1930] et aussi de sa pénible constatation que la plus grande nation viticole du monde était incapable de fêter comme il convenait une des plus grandes sources de richesse du pays… », en s’étonnant par exemple que « l’Allemagne, qui pourtant ne récolte que 4 millions d’hectolitres de vin, arrivait à organiser de grandes manifestations qui réunissaient d’immenses foules, qui communiaient au souvenir de leurs grands événements historiques… ».

La première édition se déroule à Mâcon (Bourgogne) en 1933. C’est un succès et au fil des années chaque région est honorée. La Fête s’installe dans le Sud en 1938 pour célébrer les vins des Côtes du Rhône en Avignon et à Châteauneuf-du-Pape, et nous arrivons à la VIIème Fête des vins qui est organisée à Montpellier et Béziers du 1er au 4 juillet 1939 afin de célébrer les vins du Languedoc. C’est cet événement considérable pour l’Hérault et sa région, par l’ampleur des manifestations prévues, par le budget engagé et surtout du fait de la venue exceptionnelle du Président de la République à Béziers et à Montpellier, que nous nous proposons d’étudier.

Afin d’en bien analyser le déroulement et la portée, nous nous sommes interrogés sur les problématiques suivantes : Comment et pourquoi a-t-on choisi Montpellier et Béziers ? Comment ces villes se sont-elles préparées à un événement à la portée nationale ? Comment ces manifestations se sont-elles déroulées ? Avec quel retentissement ? Quelle utilité et efficacité ? Nos réflexions se sont alors ordonnées suivant trois axes. Dans un premier temps nous analyserons les préparatifs de ces fêtes qui ont constitué, d’après les documents d’archives, un travail considérable. Puis dans une deuxième partie nous centrerons nos réflexions sur le moment qui semble en être le point d’orgue : la venue du Chef de l’État. Enfin un troisième axe nous permettra de nous pencher sur la finalité des fêtes, la propagande pour le vin, et d’en jauger l’efficacité et la portée. […]

Informations complémentaires

Année de publication

2009

Nombre de pages

12

Auteur(s)

Jean-Marc BAGNOL

Disponibilité

Produit téléchargeable au format pdf