Mémoire d'Oc n° 068
Mémoire d'Oc n° 068

Mémoire d'Oc n° 68 (octobre 1998)
Aménagement du littoral (1963-1979)

70 pages – (1998)

Introduction

Le 17 mai 1984, le professeur Gérard Cholvy, président de l’Université du Tiers Temps de Montpellier, animait une réunion où fut créé un groupe de recherches consacré à l’histoire des familles.

La motivation essentielle d es fondateurs est réaffirmée lors du premier bilan du groupe présenté devant l’assemblée générale de l’U.T.T. le 20 juin 1985 (citation] : « L’idée de bas des créateurs du groupe était simple et nous la rappelons à chaque occasion : prouver que les auditeurs de l’U.T.T. ne sont pas uniquement des consommateurs qui viennent se nourrir du travail et de la recherche des autres mais qu’ù; sont capables d’apporter quelque chose à la collectivité ».

Cet apport sera considérable ; parmi les multiples activités du groupe, on citera seulement les plus importantes ; le premier atelier mis en place dès 1984, est un atelier de généalogie qui a initié et formé des dizaines d’auditeurs en quête de leurs ancêtres.

En même temps, l’accent était mis sur les recherches régionales en précisant bien que les résultats des travaux seraient consignés dans une série de plaquettes el présentés aux membres de l’U.T.T. au cours de conférences publiques. C’est ainsi que l’histoire de la Grand’Rue a fait l’objet de sept « Cahiers de la Grand’Rue« , publiés entre 1985 et 1987, et qu’une étude consacrée à la Poste aux chevaux a également donné lieu à la rédaction de sept fascicules dont le dernier a été présenté en novembre 1989.

Cette année 1989 marque un tournant important dans la vie de nos groupes de recherche ; il est décidé de mettre en place une étude sur les mas de la campagne languedocienne ; le titre même d e la première plaquette de la série « Recherches languedociennes » qui paraît en novembre 1989, « A la découverte des mas languedociens – Les mas de la plaine de Lattes » ne laisse aucun doute sur les choix engagés. Le chapitre qui tente de répondre à la question « Qu’est-ce qu’un mas ? » s’efforce d’apporter une définition et propose une méthodologie. Sur les dix-huit premières plaquettes publiées, onze ont été consacrées à des mas ; puis les recherches se sont dirigées vers des sujets divers tels que traditions et coutumes, activités spécifiques ou vie de personnages plus ou moins connus, plus ou moins oubliés ; éclectisme ou dispersion, peu importe ; l’important c’est que soixante-huit plaquettes aient été réalisées en neuf années universitaires et qu’elles restent le seul témoignage visible des activités de l’U.T.T. de Montpellier au cours de cette période.

Toutefois, les règles de droit public, notamment en matière de finances et de comptabilité applicables à l’U.T.T. service commun universitaire, sont incompatibles avec la gestion mise en place pour la fabrication et la cession des plaquettes. Le président Gérard Cholvy appréciait les travaux des groupes de recherche comme en témoigne une lettre de sa main, en date du 20 mai 1990 : « J’ai Je plaisir de prendre connaissance des quatre très beaux fascicules du Groupe d’études languedociennes. A nouveau, je note la qualité de la recherche qui est sensible à tous les niveaux : documentation, mise en forme, illustrations ; je vous en félicite vivement. Voilà qui correspond bien à l’esprit de notre U.T.T. »

C’est pourquoi, dès la rentrée d’octobre 1990, une négociation s’ouvrait avec lui, aboutissant le 31 mai 1991 à la création avec son accord, de l’association « Mémoire d’Oc – Recherches historiques languedociennes« . Depuis cette date, les plaquettes sont publiées sous le timbre « Mémoire d’Oc« .

A l’initiative de la présidente Georgette Alary, l’intérêt de Mémoire d’Oc s’est porté depuis 1997 sur cet espace particulier situé entre la plaine viticole et la mer, cet espace abandonné naguère aux marais et aux mou stiques, même si quelques activités remarquables avaient pu s’y développer, notamment en matière de pêche lagunaire, d’activités portuaires ou d’exploitation de salins.

Les travaux récents de Georgette Alary, sur le boulidou de Pérols, de Simonne Garreau, sur le paludisme, de Marie-Josée Guigou sur les maniguières et de Denise Peronnet, sur l’étang de Thau, ont conduit Mémoire d’Oc à s’intéresser davantage à ces espaces régionaux peu ou mal connus et à y consacrer l’essentiel de ses activités au cours de l’année universitaire qui s’ouvre. Pour introduire ce nouveau cycle, Mémoire d’Oc m’a demandé de vous présenter la genèse de cet énorme bouleversement qu’a été l’aménagement touristique du littoral Languedoc-Roussillon.

Tel est l’objet de la présente plaquette qui n’a pas la prétention d’être un travail historique ou juridique, mais seulement le récit d’un témoin privilégié d’une transformation faite en très peu d’années et qui a permis le développement spectaculaire de ce territoire. L’aménagement du littoral a débuté en 1963, il ya trente-six ans ; on peut y voir deux périodes d’égale durée ; de 1963 à 1981, c’est la période de la Miss ion d’aménagement dirigée par le président Pierre Racine ; c’est aussi celle dont j’ai été le témoin direct et parfois le modeste acteur ; à partir de 1981, c’est la mise en place de la régionalisation des institutions ; le développement touristique du littoral prend un autre caractère. D’autres que moi le décriront, un jour… ou l’autre.

Contenu du numéro :

Aménagement du littoral

Origine de l’aménagement :
     Définition du littoral,
     Situation en 1963
     La prise de décision.

Répartition de l’espace :
     Zones d’aménagement,
     Unités touristiques,
     Les priorités.

Répartition des rôles :
     Nouveauté et globalité,
     Organisation administrative,
     Politique foncière.

Équipement généraux :
     Routes et ports,
     Boisements,
     Démoustication.

Situation en 1980

Mémoire d’Oc

Hôtel de Varennes
2 place Pétrarque
34 000 Montpellier

Blog : https://memoiredocsite.wordpress.com/
Contact : memoiredoc@free.fr