Mémoire d'Oc n° 066
Mémoire d'Oc n° 066

Mémoire d'Oc n° 66 (avril 1998)
Le Chevalier d’Assas et le Marquis de Castries,
deux languedociens dans la guerre de 7 ans

115 pages – (1998)

Introduction

Deux languedociens ont laissé leur nom attaché à la guerre de Sept ans et plus particulièrement au combat de CLOSTERCAMP le 16 Octobre 1760.

L’un le MARQUIS de CASTRIES y a trouvé la gloire du vainqueur. L’autre, le CHEVALIER d’ASSAS est entré dans la légende, en y laissant sa vie.

Deux destins, deux vies que l’histoire traite différemment. Le marquis de CASTRIES, en considération de ce succès, se verra accorder par le Roi Louis XV « les entrées de sa chambre » et obtiendra « l’assurance d’être nommé chevalier de ses Ordres » en attendant d’être élevé à la dignité de Maréchal de France en 1783, par le Roi Louis XVI.

Le chevalier d’ASSAS, entrera en héros dans l’histoire, grâce à VOLTAIRE, et sa famille se verra accorder par le roi Louis XVI, en 1777, une pension perpétuelle de 1 000 livres en manière de reconnaissance.

Or, le chevalier est plus connu pour son héroïsme et son sacrifice que ne l’est le Maréchal pour son sens tactique. Tous deux ont en commun un sang froid extraordinaire celui du capitaine magnifique et bref, celui du commandant en chef brillant et renouvelé.

C’est ainsi que dans la mémoire, l’action du chevalier d’ASSAS fait partie du « patrimoine d’honneur » du pays, surpassant le souvenir du Marquis de CASTRIES.

ASSAS, c’est le panache, c’est le sacrifice entré dans la légende.

Cependant, l’histoire n’est pas une légende. Elle est faite d’épopées, de sacrifices, de gloire. Elle est faite aussi de vérité, de réalité, de cette réalité qui rend parfois moins brillant l’éclat des héros légendaires.

Mais l’histoire inscrite dans le cœur et la mémoire d’un peuple, supporte difficilement la contestation, la remise en question des actions, comme si, en faisant œuvre de recherche de la vérité, on voulait amoindrir les actes héroïques et briser l’auréole qui entoure le nom des héros.

L’action du chevalier d’ASSAS n’a pas échappé à cette contestation. Le chevalier d ‘ASSAS n’est-il que le héros d’un arrangement littéraire ?

Contenu du numéro :

Le Chevalier d’Assas et le Marquis de Castries

1) Le XVIIIe siècle, un monde en effervescence :
     La guerre de Sept Ans inévitable,
     Castries et Assas : les années de jeunesse,
     Leurs premières armes.

2) Castries et Assas, le vainqueur et le héros :
     Des Languedociens prêts à servir,
     Les forces en présence,
     La guerre,
     Clostercamp, 1760.

3) Le sacrifice d’Assas entre dans la légende :
     Le héros légendaire,
     Les controverses.

Épilogue.

Mémoire d’Oc

Hôtel de Varennes
2 place Pétrarque
34 000 Montpellier

Blog : https://memoiredocsite.wordpress.com/
Contact : memoiredoc@free.fr