Mémoire d'Oc n° 058
Mémoire d'Oc n° 058

Mémoire d'Oc n° 58 (avril 1997)
A la découverte de la garrigue montpelliéraine

100 pages – (1997)

Introduction

Le Nord de Montpellier, pris dans une acception très large, est constitué de garrigues, plus ou moins boisées. Mais alors que dans la partie Nord, Nord-Est de ce vaste territoire, le pin d’Alep se trouve majoritaire, la partie Nord-Ouest est essentiellement couverte de chênes verts. Le bois de Valène est l’exemple type d’un tel boisement, mais il en est d’autres, comme le bois de Cambous ou celui de Puéchabon. En ces lieux, le chêne vert, qui n’a pas, il est bon de le souligner, définitivement supplanté le chêne blanc de la forêt originelle, y couvre des centaines et des centaines d’hectares d’une forêt parfois si dense qu’elle donne le sentiment d’être impénétrable.

A l’époque dont nous allons vous entretenir, les bois de Valène, de Puéchabon ou de Monnier (près de Ferrières ) étaient si « considérables », si redoutés des voyageurs, qu’ils motivèrent une requête du 28 Octobre 1791, adressée aux autorités départementales, pour « l’établissement d’une brigade de gendarmerie à St•Martin-de-Londres ».

Dans cet environnement, véritable mer de verdure, comme une éclaircie découvrant un peu de ciel bleu entre de lourds nuages, est une vaste clairière, d’où émerge, bâti sur une élévation, un très beau village : VIOLS-LE-FORT.

Pourquoi avoir choisi de vous parler de Viols-le-Fort qui n’offre rien de particulier par rapport aux villages de sa proximité immédiate, tels que Puéchabon, Argelliers ou Murles ? La raison en est simple : à la fin du 18ème siècle, Viols-le-Fort est une communauté à l’écart des grands courants d’échange, rurale à 100 %, vivant exclusivement de l’agriculture et des coupes de bois, à telle enseigne qu’ il nous a paru intéressant, au travers des actes de Maître Pierre Barthélémy CLAPAREDE, notaire royal du lieu de 1775 à l’An IX de la République, de rechercher quelle pouvait être la vie quotidienne de ses habitants, si elle avait été affectée par les bouleversements considérables qu’a connu cette période. C’est le résultat de l’exploitation des minutes de Maître CLAPAREDE et de quelques autres documents que nous allons vous livrer.

Contenu du numéro :

La garrigue montpelliéraine

1) La garrigue des anciens :
     La lenga nostra,
     A travers le temps.

2) La garrigue des savants :
     De l’arbre à la pierraille,
     Plantes et fleurs de soleil.

3) La garrigue des conflits :
     Bergers et troupeaux
     Las roumpudas.

,

4) La garrigue des chasseurs :
     La chasse,
     Le braconnage.

Mémoire d’Oc

Hôtel de Varennes
2 place Pétrarque
34 000 Montpellier

Blog : https://memoiredocsite.wordpress.com/
Contact : memoiredoc@free.fr