Catégorie : Étiquette :

Description

Hommage a Jean Nougaret membre de l’Académie des Sciences

* Historien du droit. Professeur émérite à l’Université Paris II Panthéon-Assas.

L’hommage que je rends ici à Jean Nougaret est d’abord dicté par l’estime et une longue amitié en même temps que par les liens particuliers noués à l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier dont il était membre titulaire. Il y avait en effet été élu en 2005 sur le IXe fauteuil de la Section des Lettres et pour ma part j’avais eu le plaisir de donner la réponse à son discours de réception en rappelant alors sa carrière, son œuvre et ses grandes compétences. Mais plus encore, un fait particulier et le plus ancien nous rapprochait : sa carrière avait commencé sous l’égide de Jean Claparède à qui des liens familiaux m’attachaient. Or il y avait là pour Jean Nougaret une sorte de signe du destin car Jean Claparède, conservateur du musée Fabre depuis 1943, ayant des charges d’enseignement à la faculté des Lettres de Montpellier et à l’École des beaux-arts de cette ville, était alors à la fois membre de l’Académie et président de la Société archéologique.

En effet, c’est dans son enseignement à la faculté des Lettres que Jean Claparède avait remarqué ses qualités de chercheur et son goût pour l’art. Toujours affable, ce maître n’en était pas moins exigeant tout en faisant bénéficier ses élèves de son immense culture qui venait irriguer ses cours d’histoire de l’art. Lorsqu’il quittait le musée Fabre en fin d’après-midi, c’était pour se plonger dans la lecture que lui permettait la richesse de sa bibliothèque personnelle. Avec lui, on apprenait à la fois à scruter de vastes horizons et à travailler avec la plus grande et la plus scrupuleuse précision.

Très marqué par cette école de la rigueur dans la recherche et de la clarté dans l’exposition, Jean Nougaret lui avait demandé de le guider au moment de préparer sa thèse. Son maître lui avait aussitôt proposé pour thèse principale d’étudier l’architecture urbaine de Pézenas. En l’engageant dans cette voie, il lui avait confié un sujet de choix auquel il pensait depuis longtemps et dont il attendait beaucoup. Ce fut une aventure de longues années de recherche qui firent de Jean Nougaret le grand spécialiste de ce considérable patrimoine urbain. Plus encore à travers cette orientation, son maître en faisait déjà ce qu’il serait à plus ou moins long terme : pas seulement un élève mais plus encore un disciple.

De fait, cela est arrivé rapidement. Lorsque Jean Claparède reçut la mission de préparer la réalisation de l’Inventaire Malraux dans la région Languedoc-Roussillon, il recruta aussitôt Jean Nougaret au moment de constituer une petite équipe. Il pouvait compter sur lui pour le seconder dans la mise sur pied et la direction de ce projet si ambitieux. À ce poste-là, son disciple avait alors eu un rôle fondamental et de longue durée dans une aventure de recherche tout à fait inédite et qui était de grande envergure. Outre l’étendue des connaissances que lui apportait la nouveauté de cette activité très particulière, il eut alors la chance de montrer toutes ses qualités de chercheur, d’organisateur et surtout de persévérance dans la mise en forme de l’Inventaire. C’était par là le début d’une grande carrière scientifique marquée par de nombreuses publications. À la sensibilité artistique s’ajoutait le perfectionnisme dans la recherche qui nous a valu une grande œuvre d’historien de l’art. […]

Informations complémentaires

Année de publication

2016

Nombre de pages

3

Auteur(s)

Jean HILAIRE

Disponibilité

Produit téléchargeable au format pdf