Catégorie : Étiquette :

2.00

Description

François et Philomen Mioch, de Florensac,
deux ouvriers agricoles au devant de la vie

Site :http://rose.mioch.free.fr/
* Docteure en langues romanes, spécialité occitan.
Rattachée au RedOc (L.L.A.C.S.) à l’Université Paul Valéry.

Nés autour de 1900 à Florensac, François et Philomen Mioch deviennent, dès leur sortie de l’école, ouvriers agricoles. Leur engagement syndicaliste et communiste les conduit ensuite à travers l’Europe « Au-devant de la vie ».

Philomen Mioch (1903-1990) laisse des « souvenirs » sous le titre Les tribulations d’un ouvrier agricole, présentés à la Fête de la Fédération communiste de l’Hérault en 1984. Il aurait pu intituler son livre Souvenirs d’un fondateur du Parti communiste en Languedoc ou encore Souvenirs de Fau ma tèsta. Ce surnom languedocien – langue parlée par tout le monde au village alors – lui a été donné par son grand-père et souligne son caractère bien trempé.

L’édition, à compte d’auteur, est l’aboutissement d’une première écriture sur des cahiers d’écolier, au début des années 1960. Philomen Mioch habite alors à Montpellier et a cessé toute activité, terrassé par la maladie. Certificat d’études en poche, il quitte l’école à 12 ans, mais il a toujours écrit avec un certain plaisir comme en témoignent ses lettres de prison. Entre la rédaction des cahiers et leur édition, il prend soin de vérifier les faits notables au travers d’une correspondance avec d’anciens camarades ou compagnons.

La sortie des « Tribulations » suscite des témoignages sur la vie des ouvriers agricoles, leur engagement au Parti communiste et dans la Résistance. Nous les avons confrontés aux documents d’archives et aux journaux que nous avons pu consulter ainsi qu’aux études sur le communisme rural et ses dirigeants. Dans la préface du livre qui comprend onze chapitres, Paul Balmigère, député de l’Hérault, écrit : « Philomen Mioch […] est le type d’homme qui développa dans l’entre-deux-guerres, le PCF en terre languedocienne ».

La complexité des relations biographe-biographié(s) est connue, et nous allons tenter de développer notre récit en référence à la définition de Serge Wolikow : « L’approche biographique en histoire est d’abord une lecture du social à hauteur des individus… ».

Nous suivrons les frères Mioch dans leur formation, leur engagement dans la section française de l’Internationale communiste (SFIC) dans l’entre-deux-guerres jusqu’à la guerre d’Espagne et le Front populaire, enfin de la guerre d’Espagne à la Résistance. […]

Informations complémentaires

Année de publication

2014

Nombre de pages

14

Auteur(s)

Rose BLIN-MIOCH

Disponibilité

Produit téléchargeable au format pdf