2.00

Description

Etat de la verrerie du puits de Pézenas (12, rue du Château)

Un lot important de verre a été découvert dans un puits à Pézenas (Hérault), 12 rue du château. Ce puits se situe dans la vieille ville, proche de la « butte du château ». Ce dernier aurait été détruit en 1633 sur l’ordre de Richelieu. Aucune trace de sa construction ne subsiste.

Pour des raisons liées à la nécessité de faire des travaux domestiques, un puits a été découvert dans une cour. Ce puits qui a été comblé, semble-t-il au XVIIe siècle, est vidé petit à petit depuis 1998 par leurs propriétaires Ann et Serge Ivorra. Actuellement le puits atteint une profondeur de 24 m. Un matériel important y a été découvert : céramiques, tuiles, bois, monnaies. Ce matériel n’a pour l’instant fait l’objet d’aucune étude particulière. Les monnaies, trouvées uniquement dans la partie supérieure, s’échelonnent de 1618 à 1854.

Plusieurs types de verrerie ont été découverts : vaisselle, composée essentiellement de verre à pied ourlé ou jambe creuse et de bouteilles, un lot important de verre plat et des petits objets comme des fragments d’une perle, d’une bague et d’un bouchon de flacon, l’ensemble de couleur bleue. La vaisselle était principalement située à une profondeur comprise entre 22 et 24 m, et le verre plat entre 3,5 m et 4,5 m.

1. La vaisselle en verre

1.1. Les verres à boire

1.1.1. Les verres à pied

Dix sept fragments (Cf Pl. 1 : n° 1 à 5, 7 à 9 : Pl. 2 : n° 15 à 17, n° 26 à 28, n° 30) et 4 verres à pied tronconique complets archéologiquement (Cf. Pl.l : n° 6, n° 10 à 12) ont été recueillis. Ces verres sont réalisés avec une seule paraison, le pied ourlé étant obtenu par refoulement de la paraison (cf. Pl. 4 et 5). On retrouve sous la plupart des pieds la trace du pontil qui a un diamètre, pour de nombreux exemplaires, de 1,9 cm. Les diamètres de ces pieds varient de 7,4 cm à 10,6 cm, l’ouverture de 10 à 13 cm et la hauteur des verres complets de 11,8 à 13,8 cm. Une variante apparaît au niveau des sommets : 8 ont des sommets très bombés (n° 2, 3, 4, 5, 7, 6, 15, 28), 4 des sommets légèrement bombés (n° 10, 11, 14, 16), 4 des sommets plats (n° 1, 8, 9, 17), et 3 des sommets rentrants (n° 12, 13, 30).

Les fragments et verres n° 6, 9 à 14 ont été soufflés dans un moule côtelé, dans un premier temps, puis à l’air libre. De cette opération résulte des côtes en faible relief imprimées sur la face extérieure du contenant et sur la partie rentrante du pied. Ces côtes sont droites pour les n° 6 et 14, en biais pour les n° 9, 10 et 11. Ce type de décor se trouve sur des verres à pied trouvés lors des fouilles de la cours Napoléon du Louvre à Paris. Le n° 12, lui aussi soufflé dans un moule, a une panse carénée et possède des côtes qui ont été rassemblées deux par deux à la pince sur le contenant formant ainsi des motifs sur la partie supérieure du contenant. Ce type de motif se retrouve sur des verres trouvés à Tours. […]

Informations complémentaires

Année de publication

2009

Nombre de pages

14

Auteur(s)

Catherine HEBRARD-SALIVAS

Disponibilité

Produit téléchargeable au format pdf