Mémoire d'Oc n° 019
Mémoire d'Oc n° 019

Mémoire d'Oc n° 19 (mai 1992)
Les jeux en Languedoc

67 pages – (1992)

Le Jeu de ballon

Nous avons tous pu tous constater que rues et places de nos villes ont l’appellation « du jeu de ballon ». Pour Montpellier, Grasset Morel, nous parle de l’Île du Jeu de ballon limitée par l’avenue du stand, naguère chemin du polygone…

La rue du jeu de ballon longeait l’emplacement de ce jeu. Il était situé dans une partie ou fossé de la ville comblé en 1872, pour construire la gare du chemin de fer d’intérêt local de Palavas-les-Flots, aujourd’hui disparue, le site ayant été englobé dans la structure dite « Polygone ». – Fossé de 253,28 mètres de long et de 13,64 mètres de largeur.

Récemment, lors de la visite du village d’Aspiran, la place du jeu de ballon s’est avérée être également située sur l’emplacement de l’ancien fossé de la ville.

Nous avons localisé les lieux, il apparaît nécessaire de définir le terme « jeux ».

Une définition nous dit : « Que le jeu est une composante à la fois nécessaire et non suffisante de la nature humaine » (dans l’esprit des jeux de Gusdorf) le jeu était une association de gestes – est une part de la façon de vivre du Moyen-Âge qui s’est transmise en se modifiant de nos jours. Il traduit une perception du monde, de la vie et de la mort, une perception de soi-même… et de l’autre.

Les clercs qui jouaient à la balle en décembre, dans les cloitres, et les Princes qui disputaient une partie de Paume avaient-ils un lieu entr’eux ? De même le jeu de la Soule était pratiqué aussi bien par des paysans, des bourgeois et des gentilshommes.

En Français le terme de jeu est unique, qu’il incarne une activité distractive, une compétition commerciale (jeu de l’offre et de la demande) – un comportement social (rapport de force entre patronat et syndicat) – un métier (jeu de l’acteur).

« Il y a du jeu » est une interprétation de mécanicien et évoque un travail. – « Ce qui est en jeu » entraîne l’idée de victoire ou de défaite, – « être hors jeu », une exclusion.

« Les jeux sont faits » ; « Faites vos jeux » ; « Jeux de hasard », définissent une notion de temps dans une action, mais l’action négative l’emporte : « franc jeu » – « beau jeu », donnent hélas « vieux jeu » ;  » « grand jeu » ;  » petit jeu » ; « Ce n’est qu’un jeu », « dédramatise une situation en tentant de la présenter plus agréable qu’elle n’est. « Cacher son jeu », exercer un double-jeu, détermine l’art de déjouer les pièges.

Le jeu est donc une activité libre, séparée, incertaine, improductive, réglée cependant officiellement. Frapper une balle pour lui faire atteindre un but précis ou franchir un obstacle et empêcher l’adversaire de s’en emparer et de la renvoyer.

Définir également le terme ballon.

Nom d’origine italienne « Palla » ou « balle », car « pallone » dérive de palla. Du temps d’Homère, les balles ou ballons étaient fabriquées avec des pièces de peau cousues de manière à former un sac rempli de plumes, de farine, de graines, de figues, ou de sable.

A Rome, balle très légère (pila paganica) balle peu élastique (Haspartum), ballon de cuir de taille variable lancé par l’avant bras certainement (pila trigonalis, fille et folliculum).

Pour la soule, boule en bois ou en cuir remplie de son, de foin, de mousse ou gonflée d’air ; ballon du jeu de Paume, plutôt balle que l’on appelait « Eteuf » nom venant d’étoupe qui est un rebut de chanvre ou de lin.

Le ballon peut-être lancé à la main, à l’aide d’un gantelet de bois ou avec un bâton recourbé : Jeu de Paume – Il peut être saisi, emporté, frappé du pied : jeu de soule.

Contenu du numéro :

Les jeux en Languedoc

Jeux de balle : jeu de ballon, jeu de paume, la soule. Dieudonné GIRAUT

Le Tambourin : historique, matériel, le jeu, les hommes. Jacques DEBRU

Les joutes : méthodes languedocienne, provençale, parisienne, lyonnaise. Jacques DEBRU

Mémoire d’Oc

Hôtel de Varennes
2 place Pétrarque
34 000 Montpellier

Blog : https://memoiredocsite.wordpress.com/
Contact : memoiredoc@free.fr