2.00

Description

Le littoral agathois de l’Antiquité au milieu du XXe siècle

* Professeur d’histoire émérite à l’Université de Perpignan
** Professeur d’histoire-géographie

The Agde coastline from Antiquity to the mid-20th Century
Lo maratge agatenc de l’Antiquitat al mitan del sègle XX
La costa del Agatense desde la antigüedad hasta mediados del siglo XX

Ce texte est la reprise d’une conférence donnée par Jean Sagnes à l’occasion des « Journées Territoriales de la Fondation de France » organisées en Agde du 31 mai au 2 juin 2018 sur le thème : « La mer monte. Quel littoral pour demain ? »

On connaît la fameuse chanson de Georges Brassens intitulée « Supplique pour être enterré à la plage de Sète ». Brassens souhaite après sa mort reposer sur la plage de la Corniche de Sète bordée, nous dit-il, par « l’encre bleue du golfe du Lion ». Et Brassens d’ajouter : « C’est une plage où, même à ses moments furieux, Neptune ne se prend jamais trop au sérieux ».

Eh bien Brassens, s’est trompé !

Tout nous montre au contraire que s’il est un endroit où Neptune, Dieu de la Mer, se prend au sérieux, c’est sur les rives du golfe du Lion !

La mer, sur les rives de la Méditerranée, est souvent déchaînée. C’est une des mers les plus dangereuses du globe et les navigateurs de toutes les époques le savent bien.

Le nombre de naufrages survenus ici dans l’Antiquité le prouve avec son cortège impressionnant de bronzes antiques et d’amphores découverts par les plongeurs.

Ce qui le prouve aussi, ce sont des statistiques plus récentes. Par exemple entre 1670 et 1899, on a recensé dans le golfe du Lion très exactement 450 naufrages !

Aussi peut-on croire sur parole l’administrateur du port de Marseille qui écrivait en 1777 : « De toutes les mers connues et fréquentées, il n’en est guère en Europe de plus redoutable et de plus funeste à la navigation que celle qui baigne les côtes du Languedoc toutes enclavées dans le dangereux golfe du Lion ».

« Redoutable, funeste et dangereux », voilà quels sont les mots choisis par l’administrateur du port de Marseille pour qualifier le golfe du Lion.

Il n’est pas sans intérêt, lorsque l’on va parler d’une partie des côtes du golfe du Lion, de rappeler cette dangerosité que les navigateurs à toutes les époques ont pu constater.

Dans la morphologie de cette région du Cap d’Agde, cinq éléments essentiels ont joué au cours des siècles. Tout d’abord la configuration du socle rocheux. Les piliers rocheux d’origine volcanique ont fixé les grandes lignes de la morphologie avec leurs pointes rocheuses auxquelles s’est accroché un littoral sableux. En second lieu, le rôle du fleuve Hérault qui a colmaté la côte et qui continue à engraisser le cordon littoral par les sables qu’il déverse dans la mer. La force de la houle est le troisième facteur. Elle est à l’origine de la forme et de la direction des anses. Quatrième élément, les travaux de l’homme qui ont profondément modifié la configuration du littoral. Enfin, il y a eu au cours des siècles des phénomènes de subsidence voire, plus rarement en plaine, de surrection.

Ce sont ces actions naturelles et humaines, sur les côtes du golfe du Lion, que nous illustrerons à travers une dizaine de cartes.

Cette illustration sera faite à partir de travaux historiques et de travaux de géographie historique que nous avons, nous-même, effectués et de diverses études parues notamment dans un numéro spécial du Groupe de recherches historiques agathoises (GRHISTA) consacré au Cap d’Agde.

Nous aborderons l’évolution de la partie agathoise de la côte du golfe du Lion depuis l’Antiquité à partir d’une dizaine de cartes à des dates différentes […]

Informations complémentaires

Année de publication

2019

Nombre de pages

12

Auteur(s)

Jean SAGNES, Solange SAGNES-PERROT

Disponibilité

Produit téléchargeable au format pdf